La greffe de cheveux devrait être considérée comme une application à adapter à chaque individu. Le type de perte de cheveux, le type de cheveux, la qualité de ces derniers, la densité de la région donneuse, sont autant de paramètres qui entrent en compte dans le succès d’une intervention. Quand on part du principe que la greffe de cheveux est une opération standard et standardisé, il est difficile d’avoir des résultats naturels. La technique utilisée doit être adaptée à chaque personne dès la conception. L’origine ethnique intervient également comme un facteur à considérer dans les consultations de greffe de cheveux https://www.aesthetis-paris.fr/greffe-de-cheveux-paris.html. On doit la prendre en compte à chaque étape de l’opération. Selon des études liées à la transplantation de cheveux à travers le monde, certaines ethnies présentent une certaine catégorie de cheveux. L’alopécie de traction est une forme de perte de cheveux qui touche l’avant et les côtés du cuir chevelu, elle est causée par des coiffures très serrées et des tressages réguliers des cheveux. C’est une forme de perte de cheveux que l’on retrouve surtout chez les femmes d’origines africaine et américaine.

En effet, ce style de coiffure est très présent en Afrique et en Amérique. Ce sont des coiffures originaires de l’Égypte ancienne et qui servaient surtout de moyen de communication dans la culture locale. Ces coiffures servent à définir l’identité, l’âge, le statut social, la tribu, le statut matrimonial, etc. On constate que l’origine ethnique influence les préférences en ce qui concerne les greffes de cheveux ou des implants au niveau de la barbe. Prenons par exemple le cas des patients originaires de Turquie ou d’autres pays arabes, ils ont une forte préférence pour les greffes de moustaches et de barbes. Cela peut s’expliquer par le fait qu’avoir une barbe imposante pour ces ethnies est un symbole de masculinité et de pouvoir. Quant aux Européens ils ont une préférence pour les barbes et les cheveux naturels pendant que les Arabes sollicitent des lignes nettes.

Des cheveux de différents types existent dans le monde, mais en général ils sont classés en trois principaux groupes ethniques dans la littérature médicale, ce sont les cheveux asiatiques ou jaunes, les cheveux caucasiens ou blancs et les cheveux africains ou noirs. Dans les trois groupes ethniques, les structures protéique et chimique sont les mêmes. Toutefois, les différences entre les races de cheveux se situent au niveau du type de croissance, de la ligne des cheveux, du diamètre et aussi au niveau de la densité des cheveux, des facteurs qui influencent la greffe de cheveux. Pour faire un résumé de la situation, les Asiatiques ont les cheveux qui poussent les plus rapidement, à raison de 15,3 cm en moyenne par an, pour une densité moyenne. Les Africains ont les cheveux qui poussent le plus lentement pour une faible densité et les Caucasiens ont des cheveux à densité élevée pour une croissance à vitesse moyenne. Ainsi les méthodes et les conditions de la greffe de cheveux seront différentes selon chaque ethnie de cheveux.

L’influence de l’origine ethnique dans la greffe de cheveux